Jusqu’au 19 février 2022 l’Institut finlandais accueille dans sa galerie la Carte blanche à Matias Karsikas. Cette exposition présente les œuvres en céramique de ce designer finlandais lauréat du prix Jeune designer de l’année 2020 par Design Forum Finland. Nous avons voulu savoir qui se cache derrière ces créations intrigantes et sommes allés à la rencontre de Matias.

Dans cet entretien, le céramiste se livre sur son univers artistique, ses techniques de fabrication avec la céramique et ses sources d’inspirations. 

 

Pouvez-vous nous raconter votre parcours ? Pourquoi avez-vous choisi de commencer à travailler avec la céramique ?

J’ai décidé de commencer à étudier la céramique et l’art du verre après le lycée. J’ai étudié au lycée à Tampere où j’ai choisi tous les cours de céramique dans le cadre de mon cursus. Dans mon enfance, je me souviens de mon premier contact avec la poterie dans un club d’art. Je me souviens avoir trouvé presque surnaturel la façon dont la glaçure fondait à la surface d’un sceau en céramique que j’avais fabriqué au four. Après cela, en été, j’ai eu l’habitude de récupérer de l’argile dans le sol qui entourait le chalet de notre famille. J’en ai façonné des animaux et des ustensiles et j’ai essayé de les cuire au feu de camp – cependant sans succès. J’ai ensuite fini par étudier la céramique, et ses propriétés techniques sont devenues plus familières. En céramique, j’ai toujours été fasciné par le processus et les éléments avec lesquels on travaille. L’argile est une matière très terreuse. Avec l’aide du feu, des températures chaudes et des glaçures, elle peut être transformée en des états plus sophistiqués.

Les formes et les couleurs vivantes ainsi que les personnages et objets animaliers sculpturaux sont généralement les thèmes principaux de votre travail. Où trouvez-vous votre inspiration ?

Je me pose souvent cette question aussi. Souvent, l’inspiration et la source de nos propres idées ne peuvent être réalisées avant que les travaux soient terminés, et même pendant quelque temps après. Il y a une tension dans le processus lorsque vous n’êtes pas sûr de la nature de votre motivation. La même tension est ensuite transférée aux œuvres. Souvent, les œuvres découlent d’un intérêt obsessionnel pour certains sujets ou thèmes. La matière elle-même m’inspire beaucoup. Je suis plus intéressé par la question du “comment” que du “quoi”. Le sujet de l’œuvre est secondaire. La façon dont le travail et le produit sont fabriqués, ainsi que la façon dont le matériel est justifié, ont plus de sens pour moi. Je nomme souvent les œuvres d’une manière simple et très descriptive. Je n’essaie pas de leur trouver ou d’y attacher des significations supplémentaires. Les couleurs font partie intégrante de mon travail. Je ne veux pas nécessairement plaire avec l’utilisation de la couleur. J’essaie d’éviter les combinaisons de couleurs trop sûres. Il est plus intéressant de défier les couleurs et d’agir sur les frontières de l’insipide.

Votre support principal est la céramique, le verre et le bois. Comment choisissez-vous vos matériaux ?

Au lieu d’un seul matériau, je suis plus intéressé par les combinaisons de matériaux. Je choisis les matières et les textures parmi celles qui se donnent mutuellement vie. Les combinaisons de matériaux qui intriguent et qui sont imprévisibles m’intéressent. Par exemple, le bois façonné par la nature et le verre soufflé est une combinaison de matériaux qui me passionne. La céramique et le verre m’ont toujours fasciné d’une manière ou d’une autre. Il y a quelque chose de très mystérieux dans ces deux matériaux. Je veux toujours utiliser tous les matériaux d’une manière qui fonctionne le mieux avec ces derniers. J’essaie de trouver la meilleure forme, qui soit la plus naturelle et d’en tirer profit. La plus belle chose du bois en est sa surface non traitée et c’est ce qui m’attire vraiment. Je construis ma sculpture sur bois en combinant des morceaux de bois non transformés ensemble.

Vous concevez également des bijoux qui associent des matières délicates avec des couleurs vives et des formes audacieuses. Comment trouvez-vous la céramique comme matériau de fabrication pour les bijoux ?

La céramique n’est pas le meilleur matériau pour les bijoux. La céramique est un matériau dur, elle est aussi très sensible si elle tombe par terre ou est heurtée par quelque chose. Les bijoux en céramique doivent être aussi volumineux et arrondis que possible. Par conséquent, ils ne se décomposent pas aussi facilement. Cependant, j’ai fait des bijoux en céramique sans suivre ce principe. J’ai réalisé des bijoux en céramique en forme de gland pendant mes études de licence en collaboration avec le département de mode. J’ai conçu des bijoux spectaculaires pour les présentoirs, mais ils ne conviennent pas à un usage quotidien en raison de leurs formes longues et menaçantes. C’est à partir de ces bijoux que mes travaux de poterie en forme de tapis ont évolué et s’affinent plus tard. Lors de la fabrication des bijoux, j’ai décidé d’agrandir et de faire de plus grandes sculptures à placer sur un mur ou une surface.

Vous avez été choisi comme lauréat du Young Finnish Design Award en 2020 et votre travail est exposé à l’Institut finlandais à Paris à l’automne 2021. Que pensez-vous de cette opportunité et de son cadre international ?

J’ai été très touché, surpris et heureux de la reconnaissance. J’ai senti que la reconnaissance venait non seulement pour moi, mais aussi pour la céramique d’art et le design finlandais. Quand j’ai commencé mes études, la céramique n’était pas un matériau très sexy, et les programmes d’études les plus importants dans le domaine ont été interrompus à l’Université Aalto. J’étais fier de pouvoir utiliser mon exemple pour encourager les autres à faire de la poterie. J’ai aussi le sentiment que c’était un continuum pour le fait que la poterie a retrouvé sa place dans le domaine du design et de l’art. Personnellement, cette reconnaissance était très importante. Même si cela m’a complètement surpris, j’ai l’impression d’y avoir mis beaucoup de travail. D’une certaine manière, depuis que j’ai commencé mes études, j’ai vécu une certaine sorte d’obligation envers le domaine de la céramique. Pour ma part, je veux maintenir le prestige de l’art céramique et faire partie de son continuum. Je crois que la reconnaissance me donnera aussi beaucoup de visibilité internationale. Cependant, mon temps est limité et je prends beaucoup de temps pour travailler sur mes nouveaux projets. Un jour, j’espère avoir une exposition personnelle au Japon. Avant cela, j’aurai quelques expositions personnelles en Finlande au cours des deux prochaines années.

Votre travail est exposé à la galerie de l’Institut finlandais à l’automne 2021. Quel type de collection avez-vous préparé pour cette exposition ?

J’ai créé de nouvelles œuvres et des petites séries de produits et bijoux pour l’exposition. J’ai également emprunté certaines œuvres à des collections privées. Pour cette exposition, mon intention a été de choisir des œuvres pour faire une présentation transversale de mes œuvres des dix dernières années. Bien sûr, beaucoup d’œuvres ne peuvent faire partie de l’exposition, mais des nouvelles et anciennes œuvres que j’ai choisies entretiennent un bon dialogue. Selon le calendrier, la préparation d’une toute nouvelle programmation pour l’exposition n’aurait pas été possible. Je pense que l’exposition doit mettre en lumière mon travail et mes méthodes. Toutes les œuvres ne peuvent même pas être complètement terminées. Présenter le processus et les méthodes est plus essentiel pour moi dans cette exposition que vendre des œuvres finies.

Sur quels projets allez-vous travailler ensuite ?

Mon travail a été assez mouvementé ces dernières années et j’ai beaucoup participé à des expositions collectives et réalisé divers projets avec plusieurs musées d’art. Je suis assez convaincu que pour les prochaines années, je veux me concentrer sur l’organisation d’expositions personnelles. J’aurai une petite exposition personnelle au Riihimäki Glass Museum au printemps 2022 où je commencerai à travailler sur de nouvelles œuvres après mon retour de Paris. Ma prochaine exposition personnelle est le musée de la céramique KWUM de Karin Widnäs à Fiskars à l’été 2023. Je vais me concentrer dessus avec soin sans me précipiter. Un calendrier trop serré apparaît dans les travaux et ne sert personne.

 

Carte blanche à Matias Karsikas sera exposée  à IF Galerie jusqu’au 19.2.2022.