La créatrice de mode féminine Finlandaise Milla Lintilä, qui vit à Paris, a participé au Festival international de mode, de photographie et d’accessoires de mode à Hyères, qui s’est tenu fin avril à la Villa Noailles. Lors de la 34e édition du festival, Milla a remporté le prix Galeries Lafayette avec sa collection Metadance, une collection qu’elle a réalisée pour l’Université Aalto dans le cadre de son Master. Dans le portrait du mois de juin, nous avons discuté avec Milla du festival d’Hyères, de Paris et de l’approche de l’été.

Milla Lintilä, qui est revenue à Paris l’automne dernier, a connu un printemps chargé, en particulier à cause du Festival d’Hyères, où elle a remporté le prix Galeries Lafayette avec sa collection Metadance. La collection a été conçue exclusivement autour du tricot, bien qu’elle ait jusqu’alors essentiellement travaillé les étoffes tissées, le prêt-à-porter féminin et en particulier le drapé. Le tricot est un nouveau matériau pour elle, matériau qui est rapidement devenu le sien. Pour Milla, qui auparavant a étudié aussi l’histoire de l’art, l’inspiration en mode provient souvent de l’art. Metadance s’inspire des deux manifestes de l’artiste française Valentine de Saint-Point, le Manifeste de la femme futuriste et le Manifeste futuriste de la luxure. « Les manifestes ont été écrits au début du 20ème siècle et ils sont toujours très actuels. Ils abordent des sujets tels que les attentes de la société envers les femmes des années 1920 : du rôle sentimental des femmes, de l’émancipation de la Femme, de la sexualité en tant qu’énergie et énergie artistique. Ils sont extrêmement modernes et tournés vers l’avenir, je recommande vivement de les lire », déclare Milla. Dans sa collection, elle a voulu représenter la féminité – une féminité forte – même sans vergogne à certains égards : « la collection est féminine, presque kitsch en un sens, riche en matériaux, mais délicate et accessible. Je voulais interpréter la féminité d’une certaine manière, mon langage est simple mais vraiment luxueux. »

Le festival d’Hyères s’adresse aux jeunes créateurs de mode et y participer représente un investissement énorme. Même en tant que finaliste, cela aura un impact énorme sur la carrière à venir puisque pendant le festival, ces finalistes nouent de nombreux contacts importants et construisent leur réseau professionnel.
« Hyères a été une expérience tellement incroyable, vraiment intense et, du moins pour moi, absolument irremplaçable. Tout le monde, la mentalité … Le concours est une chose, mais l’autre concerne tous les contacts qu’on y rencontre et le réseau qu’il offre, c’est inestimable. Les deux semaines du festival ont été magiques, je ne pourrais pas être plus heureuse en ce moment », décrit Milla de son expérience à Hyères.

Dans le cadre de cette victoire, Milla concevra une collection capsule pour les Galeries Lafayette au printemps 2020. Milla a hâte de travailler avec le Grand Magasin, et pense que ce sera amusant même si les détails restent à définir. Il s’agit d’un projet sur lequel Milla commencera à travailler avec les Galeries en juin. Remporter ce prix et travailler avec un Grand Magasin lui a déjà apporté une visibilité dont elle souhaite également tirer profit dans le cadre de sa future carrière. A cet égard, vivre à Paris offre de grandes opportunités. A la question, si la victoire a déjà eu un impact sur sa carrière, Milla répond immédiatement par l’affirmative. « Le fait d’avoir remporté le prix des Galeries Lafayette est une opportunité incroyable. Cela donne une bonne visibilité et je veux en tirer le plus possible. Je suis vraiment chanceuse de vivre ici et de pouvoir faire avancer ce projet complètement parce que ces choses là ne durent jamais. »

Parallèlement à sa victoire, Milla, qui termine ses études à l’Université Aalto, a l’impression d’être sur le point de vivre quelque chose de nouveau, et a une vision positive de l’avenir. « Quand j’ai déménagé à Paris pour mes études en 2010, j’ai pensé one day… Maintenant, c’est ce one day, je ressens un début, et c’est vraiment génial quand tout à coup, quelqu’un regarde votre travail. Je me sens vraiment bien, et suis remplie de sentiments vraiment positifs. Cette année sera intéressante », affirme-t-elle. Lorsqu’elle parle de l’avenir, Milla a une vision claire de la manière dont elle souhaite que sa future carrière se poursuive. Même s’il serait facile de créer sa propre marque maintenant, après la victoire à Hyères, elle n’a pas changé les plans ni les objectifs sur lesquels elle travaille déjà depuis longtemps. « Je veux toujours travailler pour des marques ou des grandes Maisons de mode, je sais exactement où je veux être. Je crois en la vieille école, je veux apprendre avec quelqu’un les rouages ​​de la mode et le faire bien, j’ai l’impression qu’il me reste du temps pour évoluer. Si nous parlons d’un rêve en termes de carrière, ce serait de travailler pour une bonne Maison tout en développant progressivement mon propre truc. »

« Petites robes en tricot et été 2019. »

Après un printemps chargé, Milla raconte qu’elle profite actuellement de moments plus paisibles et que pour la première fois depuis qu’elle est à Paris, elle a le temps de faire autre chose que travailler. « Maintenant que je suis de retour à Paris après Hyères, c’est la première fois que je suis en repos. Autrement je ne fais que travailler, souvent aussi le week-end, et c’est pourquoi j’essaie maintenant de profiter pleinement de cette liberté. C’est une sorte d’étape intermédiaire étrange, à la recherche de quelque chose de nouveau. C’est la première fois que j’ai la possibilité d’aller dans les musées, par exemple. L’offre est immense ici, tous les grands musées et les galeries. En ce moment j’essaie de voir des expositions et de regarder autour de moi. Normalement, la vie de tous les jours c’est aller travailler le matin et rentrer le soir, peut-être s’arrêter pour boire un verre de vin si vous êtes chanceux », dit Milla. Vivre à Paris ne signifie pas automatiquement que les possibilités de la ville peuvent être exploitées en permanence.

Pendant l’été Milla prévoit d’échapper à la chaleur parisienne pour se rendre en Finlande, dans le sud de la France et à la montagne. Elle restera toutefois à Paris également, son travail la gardant en ville. De plus, elle souhaite passer du temps dans les bibliothèques à faire des recherches. Sans effort, c’est ainsi que Milla qualifie les tendances vestimentaires de l’été 2019 lorsqu’on lui pose la question. La jeune créatrice voudrait aussi voir des gens porter des vêtements tricotés dans les rues. « Je dois promouvoir le tricot. Je veux voir des robes moulantes en tricot, la Missoni des années 90 qui revient ! Je suis tellement intéressée par le tricot en ce moment, et je vois son avenir. C’est aussi sexy d’une certaine façon, c’est tellement confo, vous pouvez faire n’importe quoi dedans. Petites robes en tricot et été 2019. »

« L’été et les parcs sont ce qu’il y a de mieux ici, vous n’avez besoin de rien d’autre que de vos amis, de vin, d’un parc, et c’est tout ! C’est la meilleure chose de l’été ici, simplement s’asseoir dehors. »

Milla, qui vit à Paris depuis 2010, a également des conseils à donner aux touristes qui s’y rendent pendant l’été. Elle-même aime faire le tour de la ville à pied, ce qui est un excellent moyen de découvrir les environs. « La meilleure chose à Paris est que vous n’avez même pas besoin de savoir où vous allez, vous finirez toujours par vous retrouver quelque part. Plus la place est éloignée et petite, plus elle est intéressante. J’aime aussi le côté kitsch de Paris ; aller et venir le long de la Seine, je le recommande! » Milla a également quelques endroits précis qu’elle suggère de visiter à Paris : « Le restaurant Les Mésanges, dans le 20ème arrondissement, allez-y, c’est un vrai petit village à l’intérieur d’un restaurant. Le plus beau bistro du monde ! Et les parcs sont magnifiques aussi ! Un endroit qui est immédiatement devenu mon préféré est la Grande Mosquée de Paris et son café attenant. L’un des plus beaux lieux à Paris est le jardin de la Grande Mosquée, avec la mosquée en tant que telle et le restaurant voisin. » Milla pense que le meilleur de l’été à Paris, ce sont les parcs : « L’été et les parcs sont ce qu’il y a de mieux ici, vous n’avez besoin de rien d’autre que de vos amis, de vin, d’un parc, et c’est tout ! C’est la meilleure chose de l’été ici, simplement s’asseoir dehors. »

© Etienne Tordoir / catwalkpictures.com

Milla Lintilä